Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Daniel Conversano

Les clichés de chiens aux poils bleus illustrent la pollution industrielle des cours d’eau indiens.  

Les photos sont diffusées depuis plusieurs jours par la Navi Mumbai Animal Protection Cell, une association indienne de protection des animaux. Des «chiens bleus» ont été repérés la semaine dernière errant à Navi Mumbai, dans la banlieue de Bombay, dans l'état du Maharashtra, et une plainte a été déposée.
Selon cette association, ainsi que The Hindustan Times et The Times of India, au moins cinq chiens au pelage bleu ont été vus. A la recherche de nourriture, ces chiens au poil naturel blanc auraient passé du temps dans la rivière Kasadi, dans laquelle du colorant avait été déversé par une usine à proximité. Leur pelage a été teinté par le produit toxique.  

Interrogée par Le Parisien, Arati Chauhan, militante dans l'association Navi Mumbai, explique que c’est la première fois qu’un tel phénomène est observé. «Ces zones industrielles déracinent les animaux et mettent en prime leur santé en danger», s'agace-t-elle. Rien ne dit encore si des oiseaux, des reptiles ou d'autres espèces d'animaux ont été touchés par le toxique bleu. 

L’un de ces chiens est devenu aveugle, explique au Hindustan Times le docteur Sanjay Jadhav, de la Thane Society for the Prevention of Cruelty to Animals (SPCA), qui a pris en charge certains canidés affectés. 
Une plainte a été déposée par Arati Chauhan auprès du comité de contrôle de la pollution au Maharashtra. Une enquête a été déclenchée et l'entreprise coupable retrouvée. Il s’agit d’une usine qui utilise du colorant bleu pour fabriquer des détergents. «Une poudre bleue est déversée illégalement dans la rivière», confirme Badri Chatterjee, journaliste au Hindustan Times, qui témoigne avoir vu ces chiens errants.
Selon lui, il a été ordonné mercredi à l’entreprise au colorant bleu de prendre les mesures nécessaires pour empêcher les animaux d’accéder à son site. L’usine doit également nettoyer sa propriété de tous les polluants. Elle a 15 jours pour se munir d'un dispositif de prévention de la pollution de l'air et de l'eau. Sans quoi, il pourrait lui être imposé de fermer. 


Mais cette société n’est pas la seule à polluer. Environ 300 usines utilisent l’eau de cette rivière pour traiter leurs déchets industriels. Sauf que, faute d’installations adaptées, «les usines n’ont pas d’autre option que de déverser leur mélange chimique dans l’eau», parfois sans aucune forme de traitement, assure Arati Chauhan. La municipalité a effectué des tests qui montrent que l’eau de la rivière Kasadi contient des niveaux de chlorure toxiques.
 

Kasadi-riviere

Kasadi-riviere

De quoi donner raison aux habitants du secteur qui se plaignent de la pollution dans la rivière depuis plusieurs années. La pollution dans ce cours d’eau serait à un niveau treize fois supérieur à ce qui est tolérable pour l’être humain. Selon Arati Chauhan, la consommation de l’eau de la Kasadi peut entraîner le cancer, des dégradations du foie, des reins, des irritations de la peau, des allergies et, si elle est en contact avec les yeux, la cécité.  

Arati Chauhan dénonce la «léthargie» du comité de contrôle de la pollution au Maharashtra et réclame «de meilleures installations pour les usines».
 

Le chien bleu d'Inde

Le chien bleu d'Inde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article